Skip to content

Une Quinny pour amie !

26 mars 2012

La poussette.

Acte 1 : De la recherche à l’achat

Avant la naissance de La Puce, il me paraissait indispensable d’acheter une poussette. J’en discute avec l’Hom qui n’a que peu d’exigence : une super poussette trois roues pour aller se balader sur la plage.

En mère geek fauchée, je mets mon nez dans plusieurs sites d’occas. Lorsque l’on pas jamais eu d’enfant et que l’on débute en matière de puériculture, ce n’est pas si facile que ça de s’en sortir avec les différentes terminologies : poussettes citadines, cannes ou polyvalentes, cosy, babycoque, base isofix, nacelle, etc.

Je me fie à L’Hom et à son expérience puisqu’il a déjà une fille. Je trouve La Perle idéale, pas chère et complète  juste à côté de la maison.

Un coup de fil plus tard, nous allons la chercher. Accueil chaleureux de la dame mais premier problème, une roue n’est pas bien fixée et s’en va régulièrement sans prévenir (ce qui explique son prix défiant toute concurrence) !!!!

Qu’à cela ne tienne, L’Hom est bricoleur et confiant, il va arranger cela. Transaction conclue !

On sort de la maison, on plie la poussette et là : on regarde la poussette, on regarde mon coffre de voiture ! Grosse interrogation, cela va-t-il rentrer ? On essaye par le coffre puis par les portière, nous n’avons plus qu’ne solution : mettre la voiture en break. Mais même ainsi nous avons eu du mal à installer tous les éléments. L’essentiel et d’avoir une poussette et je n’ai pas les moyens de changer de voiture.

Acte 2 : Première sortie – été 2011

La puce est née depuis quelques temps et j’ai très envie de sortir. L’Hom est parti bosser au marché, rejoignons le ! Je mets la voiture en demi-break, la poussette d’un côté (qu’est-ce qu’elle est lourde !), la nacelle de l’autre avec la Puce. Je suis fière de moi et heureuse de sortir un peu.

Je vois La Grande pointer le bout de son nez.  Ah oui, mais qu’est-ce que je fais de la Grande ?

La Grande est grande, 8 ans, je lui propose de monter à l’avant pour une fois.

Arrivé au marché, il faut tout recommencer. Je sors la poussette (plus facile à rentrer qu’à sortir), la nacelle… Je vous passe l’épisode du frein que j’ai oublié de mettre et de la poussette qui s’en va avant que j’ai pu mettre la nacelle dessus.

Le marché au mois de juillet, c’est plein de monde. Il faut se faufiler entre les déballeurs, jouer des coudes avec les passants et jeter un regard compatissant aux mamans qui comme moi rêvaient d’une p’tite sortie.

Nous rejoignons le père, pas très heureux de voir débarquer ainsi toute la troupe en envahir son espace de vente. La poussette est tellement imposant qu’il est impossible pour les passants de pouvoir regarder les créations de l’Hom. L’apothéose arrive peu de temps après, lorsque La Puce se met à pleurer. Je tente de la calmer en faisant rouler la Grosse Poussette. Au bout de 30 min, la balade vire en épreuve à la Koh lanta, je capitule et nous rentrons.

Même cirque pour rejoindre la voiture et faire rentrer tout ce p’tit monde dedans.

J’ai maudit la poussette. Elle est désormais reléguée dans l’atelier de L’Hom pour une utilisation strictement « plagière ». J’ai été vaccinée et, par la suite, toutes sorties s’est effectuée en écharpe.

Acte 3 : La Quinny Yezz – Printemps / été 2012

La Puce à bien grandit. Elle ne cesse de demander à aller se promener. La Grosse Poussette est bannie, l’écharpe est trop petite, la marche n’est pas très stable : que nous reste-t-il ? La Quinny Yezz !

Plus de galère, plus de problème pour installer la Quinny Yezz dans la voiture. D’une seule main, elle rentre dans le coffre et me laisse même de la place pour ranger toutes les paquets de courses. Les deux filles sont bien installées dans leur siège auto à l’arrière en toute sécurité.

Arrivé au marché, plus la peine de stresser. La poussette se déplie aussi vite qu’elle n’a été rangée. C’est partie pour la balade ! Plus de regards compatissants entre mamans, et comme elle se conduit d’une seule main, La Grande prend plaisir à promener La Puce. L’Hom nous attend impatiemment sur son stand, tout content de s’afficher comme un quarantenaire dynamique et moderne. Il part faire un tour avec Les filles pour parader en Quinny Yezz, me laissant jouer les marchandes.

La Quinny est devenue mon amie !

 

Pour tester cette poussette, rendez-vous chez  :

Mon Blog de maman

Ma poussette à Paris

– Minisushi

Equation

16 mars 2012

P’tit problème à résoudre ou comment essayer de gagner du temps :

Au boulot, j’ai 20% de dossiers supplémentaires par rapport à avant mon congés mater.

Mais Je n’ai repris qu’à 80% !

D’où une augmentation du rapport temps/dossiers de 40% !!!!

 

 

En sachant que notre cher président a augmenté les charges salariales dans le secteur social, mon salaire est passé juste en dessous de la barre des 1000€ depuis 3 mois.

Mais encore une fois comme il le dit si bien, l’effort est collectif !

Chercher l’erreur !

 

Le bain

30 janvier 2012

En ce moment, La Puce est très très très difficile. Elle oscille entre crise de colère, larmes, un peu de rire mais surtout elle refuse de dormir. Toutes les nuits entre 3 et4 heures, elle se réveille et la nuit est belle et bien terminée. Cette nuit j’ai réussi à la rendormir vers 6h, mais mon réveil a sonné à 6h30 pour aller bosser !

Comme tous parents, je crois que nous émettons des hypothèses (poussées dentaires, angoisses nocturnes, maladies, etc…) pour tenter de se rassurer en espérant que cela ne dure pas.

Bref, tout cela pour dire que nous avons passé un week-end très tendu entre elle et nous et, du coup, entre l’Hom et moi.

Le seul moment agréable que nous arrivons à passer ces derniers jours est l’heure du bain. C’est un de mes moments privilégiés avec elle. Depuis qu’elle se tient assise toute seule, elle joue bien mieux dans la baignoire. Elle tente de se raccrocher au bord pour escalader, d’attraper canard, crocodile et autres jouets en plastique. J’adore la voir taper avec sa petite main dans l’eau pour s’éclabousser.

 

 

J’aimerais que ce moment dure plus longtemps. En semaine, dès que je rentre du boulot je lui donne son bain, histoire de pouvoir partager un bon moment ensemble sans se précipiter, en prenant notre temps. Nous pouvons jouer à s’arroser, se mouiller, à glisser, etc. Et surtout je la vois rire, calme, posée et épanouie.

Alors je prends tout ce qu’elle veut bien me donner de bisous, de câlins et sourire au moment du bain pour affronter la tempête de la nuit.

 

PS : Un petit clin d’œil en passant à Maman chante – Mam’enchanté qui, avec ses tests produits, m’a convaincu pour le Babydam que je trouve génial !

Culpabilité d’une mère

24 janvier 2012

Depuis plusieurs jours, La Puce n’est pas bien. Elle est très ronchon, de la fièvre, ne mange pas, etc… Bref, ce qui la rend malade, ME rend malade.

Après trois nuits blanches à tenter de la consoler, de la bercer, de la laisser dormir dans mes bras pour qu’elle se repose un peu ; après deux journées à ne rien faire car elle ne voulait pas me lâcher,  j’ai craqué.

 

Samedi soir, je n’ai plus été capable de la rassurer, de la bercer. Je n’en pouvais plus, j’étais moi-même épuisée.

Bon, je vous rassure pour La Puce, L’Hom a pris le relais.

Mais la culpabilité s’est installée. Elle est malade et moi, sa mère, je suis incapable de la prendre dans mes bras pour la rassurer. Je ne supporte plus ses pleurs.  Je ne LA supporte plus!

Non seulement je n’arrive pas à la rassurer mais ne plus je « l’abandonne « . Une forme de double culpabilité s’installe.

Cette réaction m’effraie.

 

 

La Tibu de Juju

15 janvier 2012

J’étais partie pleine de bonnes résolutions pour l’écriture mais deux semaines de folie au boulot ont anéanti  mes envies.

Pour l’instant les billets concernaient surtout des faits de société mais je voulais aussi partager  ma vie de maman. Tout simplement parce qu’aujourd’hui ma vie est rythmée par les besoins et les envies de La Puce.

Aujourd’hui ce sera famille !

Lors de ma grossesse, j’ai été arrêtée assez rapidement et j’ai pu prendre tout le temps nécessaire pour réfléchir à ce que je voulais pour La Puce et moi. Une de mes découvertes a été le portage. Je ne connaissais pas du tout et après deux cours avec ma sage femme, j’ai été conquise.

Les premiers mois de la puce ont été très difficile à vivre à cause des coliques.  Et le portage nous a sauvé la vie. J’avais investi dans une écharpe JPMBB car je trouvais que son tissu stretch permettait de bien tenir la tête de la Puce. La position de La Puce collée contre moi était un vrai plaisir. J’adorais, et j’adore toujours, sentir sa respiration contre moi et sa chaleur. Cela m’a permis très égoïstement de l’avoir encore un peu contre moi. Le petit plus et que la position de la Puce était la seule où elle se sentait bien et ne souffrait pas des coliques.

Depuis quelque temps, je la trouve un peu trop grande pour la JPMBB. Elle supporte moi cette écharpe très serrée. L’Hom m’a alors offert un Meï Taï.  La Puce et moi adorons.

Mais le must est le très beau porte bébé Babybjörn que j’ai gagné sur le blog de La Tribu de Juju à Noël. Il est très pratique car il se met rapidement en quelques secondes, idem pour installer La Puce. Le plus pour moi est que je peux installer La Puce dos contre moi ce qui lui permet de voir tout ce qui se passe. Idéal pour les courses ou pour aller chercher La Grande à l’école.

 

En plus il est très confortable pour le dos donc L’Hom peut l’utiliser. Bref, un grand merci à La Tribu de Juju.

 

 

 

 

 

Rire de la Comédie

6 janvier 2012

Depuis ces derniers temps, j’avais envie d’écrire pour dénoncer ce qui me révolte, ce qui m’agace et surtout ce qui me donne honte de mon pays.  J’avais imaginé écrire un billet par mois ou par semaine. Mais les événements sont tels que je pourrai écrire plusieurs fois par jour. Aujourd’hui j’ai décidé de faire un tri, un premier choix.

Nous entendons tous parler de « La Crise » et de combien l’effort collectif, dans ce moment, est important. Alors pour voir à quel point cet effort collectif est essentiel pour nos politiques, je vous invite à lire un p’tit article du journal Les Échos intitulé  » Le CAC 40 soigne ses actionnaires« . En voici un extrait :

« Malgré la crise, les grandes entreprises vont tenter de préserver leurs actionnaires. Les dividendes qui seront versés cette année par les ténors du CAC 40 (au titre des résultats de l’exercice 2011) devraient en effet atteindre 37,4 milliards d’euros. (…) Si les champions français peuvent se permettre de soigner leurs actionnaires, c’est d’abord parce que leurs résultats ont bien résisté en 2011. Les analystes prévoient des bénéfices récurrents agrégés autour de 86 milliards d’euros. »

Et pour mémoire, car nous oublions vite, toujours dans l’idée de l’effort collectif, je tenais à rappeler que lors de son accession au pouvoir. M. Sarkozy s’était  auto-augmenter de 140 %.

Mais ma minute de soleil en plus d’aujourd’hui est la chronique de Phillipe Meyer, qui tout en humeur et avec esthétique, m’a permis de rire de la comédie de nos politiques.

Le rire est peut-être une des dernières armes qu’il nous reste.

 

 

Un début timide

3 janvier 2012

Depuis plusieurs semaines que je visite et lis la blogosphère, je mourais d’envie de la rejoindre. En ce début d’année c’est chose faîte.

J’apprivoise timidement ce nouvel outil qui m’intimide avec l’espoir de pouvoir le dompter.

Mes prétentions sont limitées. J’espère au mieux vous faire partager ma vision de ce qui nous entoure –  en cette année électorale cela devrait être riche – et au pire vous faire simplement partager quelques coups de cœur et coups de gueule.

Alors Bonne année à tous et toutes et je l’espère à bientôt.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.